BILLET ❄ | 10 conseils pour tabasser la tristesse de l’Hiver

Dimanche 3 Décembre 2017. 18h. Il fait déjà nuit. La fin de l’année et le début du mois sont rudes. Je lutte bravement mais stupidement encore quelques minutes avant d’allumer le chauffage de l’appartement au parquet qui ne craque plus tant il est crispé par le froid.  Les yeux de mon chat font peser sur moi la culpabilité de lui refuser deux minutes de transat de luxe – de radiateur chaud – supplémentaires. Une enveloppe glacée s’est accrochée à moi toute la journée. Un peu d’humidité aussi. Il a plu. Comme hier. Comme avant hier. Mon chat soupire. J’allume le chauffage.

Cela ne fait plus l’ombre d’un doute, ma dépression saisonnière annuelle a commencé. Je ne m’affole plus, je suis une habituée, je n’ai qu’à ajouter un tampon à ma carte de fidélité – une déprime offerte pour dix autres consommées. Chaque année, c’est la même rengaine, je vois l’année défiler à une vitesse à filer la nausée. J’essaie de ne pas y penser. Jusqu’à Septembre, c’est facile. Passé Octobre, le palpitant se fait ressentir. Le 1er Décembre là, je cherche fébrilement mes fioles de Fleurs de Bach perdues 300 jours plus tôt derrière un paquet de spaghettis au blé complet. Mais je le connais, ce coup de mou, et je me connais aussi. Si j’aime me lamenter et penser à la tragédie qu’est la vie et l’enfer que sont les autres, j’aime aussi aller bien. Aussi, j’ai ma petite batterie d’armes pour faire face. Jugez vous-mêmes.

giphy (12)

Accueillir la déprime pour mieux la chasser

La dépression saisonnière est, comme son nom l’indique, saisonnière. Elle passera sans doute rapidement d’elle-même au retour des premiers rayons de Soleil, mais pourquoi attendre le retour parfois tardif du Printemps pour commencer à se sentir moins mou, moins sombre et moins exaspéré par les premiers – et derniers – flocons de neige ? Un jour, discutant de mon angoisse existentielle et de mes cervicales en bois à mon ostéopathe, ce dernier m’a donné ce conseil avisé : « Mais pourquoi vous épuiser à fuir sans cesse votre angoisse ? Accueillez la pleinement, laissez la vous submerger de temps en temps ». Il s’agit du genre de conseils qu’on n’aime pas entendre, qu’on rechigne à appliquer et qui pourtant, change profondément quelque chose en soi. Inviter la déprime saisonnière à sa table, c’est discuter avec soi-même, mieux se connaître et identifier les causes de son mal-être. Plus chaudement on l’accueille, plus froidement on la zigouille.

Prendre l’air et la lumière (le peu qu’il en reste)

Le thermomètre extérieur affiche 3 degrés, de la neige fondue s’abat mollement sur les vitres et l’appareil à raclette chauffe 5 jours sur 7. Autant de raisons de ne plus mettre un seul orteil dehors, sauf pour réapprovisionner les stocks de fromages et de pommes de terre. Erreur de débutant. Nous sommes tous différents mais tous conçus de la même façon et un corps humain ne supporte pas l’enfermement prolongé, aussi douillet soit-il.  La bonne humeur ne saurait être au beau fixe sans un peu de lumière, et je ne parle pas de celle de l’ampoule à basse consommation d’énergie du salon. Il faut donc SORTIR, goûter le vent glacial qui s’incruste sous la doudoune, faire gercer ses lèvres au contact de l’air extérieur et faire son plein de vitamine D. Le bol d’air, on n’a pas fait grand chose de mieux depuis longtemps pour se vider la tête et se redonner un coup de mieux.

Faire du sport

Ceux qui prodiguent ce conseil n’ont certes pas inventé la poudre mais sont très censés  — et aussi un peu énervants, je m’en excuse. Les bienfaits du sport ne sont plus à démontrer : meilleure condition physique, meilleure énergie, meilleure humeur et meilleure (bonne) conscience. Nul besoin de s’inscrire à la salle de sport un mois avant le réveillon, il ne s’agit pas ici de réaliser des exploits sportifs : marcher quotidiennement ou presque, prendre une dizaine de minutes quelques jours par semaine pour se gainer et se muscler suffisent à transpirer un minimum, maintenir sa forme physique,  conserver un corps tonique et se sentir au moins un peu fier de soi.

Regarder des films et téléfilms de Noël

Cette période de l’année est riche en programmes feelgood et régressifs : téléfilms américains, canadiens et allemands hasardeusement doublés en français, comédies ou romances de Noël à petits budgets, et films grands publics qui ne manquent pas de rappeler des souvenirs d’enfance se réunissent dans les télévisions de tout le pays. C’est le moment idéal pour allumer sa télévision un Dimanche après-midi ou pour profiter des rediffusions sur Internet. Ses films et téléfilms, même les plus nuls, ont le pouvoir de vider la tête avec une infinie douceur. Il est vivement conseillé de les regarder à deux ou plus pour parler, critiquer et rire en toute légèreté.

Bien manger 

L’Hiver, on a froid, on a faim et on profite de ses pulls larges pour dissimuler les deux kilos de gras éphémères – ou pas – stockés pour l’occasion. Bonne nouvelle, manger réchauffe les papilles et les cœurs. Et bien manger, c’est encore mieux. Se culpabiliser de manger n’est pas le sujet ici, non. Mangez ! Faites vous plaisir ! Mais manger varié et équilibré, en plus de limiter la petite bedaine de saison, apporte tout le plaisir de déguster de nombreuses et diverses saveurs. On privilégie les plats chauds et réconfortants, les légumes de saison – c’est le moment de découvrir les diverses variétés de courges de son supermarché ou marché local -, et on n’oublie pas d’accompagner de boissons chaudes – vin, thé, tisane, café ou chocolat – et d’une gourmandise à l’occasion. Plaisir est le maître mot.

giphy (5)

Bien dormir

Nous ne vanterons jamais assez le pouvoir du dodo. Dormir permet de se maintenir en forme et c’est tant mieux, car la fatigue est un grand ennemi du bon moral. Plus on est fatigué, plus on est sensible à notre environnement comme au froid, par exemple, et plus on a froid et plus on hait l’hiver. Combien de temps dormir ? La réponse va avant tout dépendre de votre rythme de vie et de vos besoins. Comment bien dormir ? Pour cette question, en revanche, j’ai quelques petites pistes pour vous. Les rageux diront que la bouillotte est has been, je vous dirais que c’est un must have de l’hiver. Pour les maladroits ou ceux qui ont la flemme de faire chauffer de l’eau, il existe des bouillottes sèches qu’on fait chauffer au micro-ondes. Faites le point sur votre journée, faites le point sur la journée du lendemain, puis n’y revenez plus. Détendez-vous avant de dormir : une douche relaxante, un moment au calme avec un livre… Si, comme moi, vous souffrez d’une pathologie auditive, ou que vous êtes à la recherche de conseils, vous pouvez consulter notre article sur le sujet.

Penser aux autres

C’est dans ces moments de tristesse que vous pouvez vous recentrer, mais vous n’êtes pas obligé d’affronter cela seul. C’est peut-être le moment de prendre des verres ou des cafés avec des amis ou de prendre des nouvelles de votre famille. Si le reste de l’année défile à toute vitesse, nous incitant parfois à remettre inconsciemment les prises de contact au lendemain, les fêtes de fin d’année sont une parfaite occasion de se retrouver. C’est le moment de songer aux cadeaux à faire aux proches et de planifier un moment ensemble, pourquoi pas autour d’un bon repas. La famille n’est d’ailleurs pas seulement celle qui nous est imposée, c’est aussi celle qu’on choisit. Pourquoi aussi ne pas tenter le bénévolat ? C’est l’occasion de créer du lien avec des personnes à qui vous apporterez du bonheur.

Pratiquer le hygge

Le hygge est une pratique qui a pris une ampleur internationale en 2017, et il y a des chances que vous en soyez déjà adepte sans forcément le savoir. Le hygge est une pratique née dans les pays scandinaves pour combattre l’hiver qui, chez eux, dure très longtemps, à base de journées courtes et de nuits très longues. Bref, c’est pas la joie. Cette pratique consiste à créer une ambiance chaleureuse chez soi pour contrer l’hiver dans son intimité : cela passe par un kit de survie composé de plaid, thé, cafés, petits gâteaux, bougies, plats réconfortants… Mais cela passe aussi par le fait de vivre ce moment ensemble. On retombe donc sur le point du dessus, alors pas la peine de vous refaire un topo. Évident, me direz-vous, mais terriblement efficace !

Faire le point sur les choses positives arrivées cette année 

« C’est passé trop vite ! »,  « Encore une année qui s’achève ! », « J’ai rien eu le temps de faire » vous dites-vous à l’approche de la nouvelle année qui se profile. Hé bien, c’est peut-être le parfait moment pour faire un bilan de cette année passée. Vos accomplissements, vos galères, vos joies et peines, bref, tout ce qui vous a fait grandir durant les 365 derniers jours, en somme. Le bilan du négatif et du positif permet de se projeter dans l’année qui arrive pour mieux se concentrer sur nos envies et nous booster dès le début de l’année. N’ayez pas peur de vous confronter à vos regrets et à vos envies, car, comme le dit le proverbe, à coeur vaillant, rien d’impossible, et vous poser des objectifs (réalistes, et qui vous ressemblent !) peut donner un bon coup de fouet à votre moral.

Attendre que ça passe

Hé oui. Sur Terre, l’hiver existe, et il est fort probable que vous ne puissiez pas faire le voyage vers une planète habitable et sans hiver au cours de votre existence. Prendre son mal en patience, c’est encore le meilleur moyen de laisser passer l’hiver. Oui, c’est chiant, c’est froid, c’est sombre et ça ne donne pas vraiment envie d’aller au travail le matin, mais les beaux jours ne sont pas très loin et ne tarderont pas à refaire surface. La dépression saisonnière n’est que temporaire, et, surtout, elle n’est pas obligatoire si on décide de prendre l’hiver à bras le corps. Voilà, vous avez fait le plein de conseils pour aborder sereinement l’hiver et la nouvelle année. Il ne vous reste plus qu’à profiter de vos journées !

giphy (16)

Littéraire pas ratée, aquarelliste débutante et consommatrice boulimique de films d’horreur.

2 Commentaires

  1. Accueillir la déprime pour mieux la chasser:

    A force de caractère après plusieurs années, on peut arriver à l’acceptation.

    Prendre l’air et la lumière (le peu qu’il en reste) :

    Vivant dans un Souplex, on s’y force !

    Faire du sport :

    Bon courir avec 0° actuellement, j’avoue j’ai du mal à faire mes 12 bornes hebdomadaire ! (le bonnet et le jogging moulant, ça me va pas trop…)

    Regarder des films et téléfilms de Noël:

    Je prends toujours des RTT avant noël, pour tâter de cet esprit de noël dans notre environnement (télé, boutique, marché de noël…)

    Bien manger :

    Pas facile avec les chocolats derrière moi au boulot 😉

    Bien dormir:

    On peut changer les horaires de Stream de Merry ? ou décaler mes horaires de boulot 🙂

    Penser aux autres :

    Le calendrier des pompiers et de l’association d’adoption des chats, check.

    Pratiquer le hygge:

    Bougies odeur sapin ou canelle, plaid, chocolat chaud : the must have actuellement !

    Faire le point sur les choses positives arrivées cette année :

    Connaître ce blog en fait partie 😉

    Attendre que ça passe:

    Le souci vient des premiers mois de l’année, l’effet fêtes passées, la morosité peut venir assez vite.

    1. Merci pour cette réponse pleine de bonne humeur et de gaieté ! Elle m’a faite bien rire ! Ça aussi, ça contribue à chasser la morosité 😉

Laisser un commentaire