COMICS | THE BEAUTY : le thriller sexy qui va vous faire aimer les comics

Dans un futur alternatif, il existe une maladie capable de vous rendre terriblement attrayant. Contractez-la et votre corps deviendra athlétique ; votre peau sera éclatante ; vos cheveux seront instantanément soyeux. Bref, vous deviendrez la version la plus séduisante de vous-mêmes sans aucun effort.

Dans ce thriller d’anticipation scénarisé par Jeremy Haun et Jason A. Hurley, cette maladie porte le doux nom de the Beauty. Une MST que tous les citoyens cherchent à contracter volontairement sans se préoccuper des conséquences jusqu’au jour où la première mort frappe par combustion spontanée ; c’est là que les ennuis commencent. Les détectives Vaughn et Foster se lancent dans une course contre la montre dans l’objectif de trouver un remède pour les beauties avant qu’une avalanche de morts n’éclate en feux d’artifices. Le temps est compté et promet de nombreux obstacles, car les deux détectives ont eux-mêmes fini par contracter the Beauty.

Permis de tuer

Dans ce récit d’enquête au rythme effréné, les différentes intrigues s’entremêlent adroitement pour assurer les rebondissements et faire passer l’ennemi à un tout autre niveau. Plus les histoires parallèles se développent et plus les questions affluent sans toutefois trouver rapidement de réponses, les réflexions étant promptement interrompues par des embuscades et autres scènes d’échanges de tirs très électriques. Antagonistes masqués sans pitié, conspiration gouvernementale, agents doubles, tous les clichés –ou presque– y passent sans toutefois tomber dans une vulgaire caricature du genre : que du contraire, ces concepts confèrent à l’oeuvre un caractère typé James Bond qui se déguste comme l’on apprécie un bon cocktail.

Le ton est très spontané autant qu’incorrect. Les personnages ont le phrasé très brut et souvent parsemé de mots d’oiseau. Mais au delà de leurs comportements, certains personnages principaux et secondaires nous gratifient également d’un background sortant des carcans stéréotypées : homosexualité, solitude, vie sentimentale sont abordés comme de simples histoires de vies au service du storytelling sans chercher à appuyer de quelconques moralités.

Dangereusement vôtre

Les péripéties s’attachent cependant à faire passer des messages sociétaux forts, à commencer par celui du culte de la beauté. Dans une société dans laquelle le paraître occupe une place majeure, quel prix seriez-vous prêts à payer pour accéder à une beauté canonique ? Sous le joug de cette dictature de l’image, courageux sont finalement ceux qui arrivent  à se trouver pleinement sans chercher à se conformer.

Nous ne sommes que des pions sur l’échiquier politique et Vaughn, Foster et les beauties vont l’apprendre à leurs dépens. Les tenants et aboutissants de la conspiration à laquelle les deux enquêteurs vont faire face se dévoilent au fur et à mesure de notre lecture et à l’instar du film « L’Enquête » (je sais. Personne ne cite jamais ce film en référence.) nous laisse un désagréable sentiment de déconvenue, car après tout, personne ne saurait a priori être en mesure de contrer une volonté gouvernementale secrète.

Rien que pour vos yeux

Le coup de crayon de Jeremy Haun n’est pas sans rappeler un style des années 50 revu et corrigé. Les décors sont minimalistes à l’instar du style général et font la part belle à des personnages au character design très classy qui n’est pas sans rappeler un style longuement abordé dans les pontes du genre. La beauté canonique est très appuyée et l’auteur s’autorise même à mettre en scène de la nudité plus que suggérée mais toujours avec classe.

Ainsi la beauté quasi solaire des personnages côtoie des décors très sombres dans la pure lignée des ambiances de polars. Les couleurs sont souvent ternies et nous plongent instantanément dans une atmosphère très réussie. Des scènes d’échanges de tirs aux courses-poursuites en passant par les quelques instants de répit, toute l’action est formidablement retranscrite et profite à la volonté de servir cette course poursuite quasi haletante.

Le livre est présenté sous la forme très classique des recueils que nous avons l’habitude de trouver à la couverture souple et aux pages épaisses mais l’impression glacée et la qualité générale en font un très bel objet.

The Beauty est donc une oeuvre au rythme effréné que l’on finit par dévorer. Jouant avec les codes des époques et des clichés, les enjeux finissent par vous happer et la fin du premier tome n’appelle qu’à se jeter sur le suivant. Ces comics se lisent comme l’on se régale d’un bon film d’action et laissent matière à réfléchir sur notre propre rapport aux diktats de la beauté. Deux tomes sont déjà parus au format papier, le troisième étant prévu pour le 23 août de cette année. Petite mention importante tout de même : ces comics sont pour l’heure exclusivement disponibles en version originale, c’est-à-dire en anglais, mais est néanmoins très abordable pour peu que vous soyez un minimum english-friendy. Vous pouvez facilement vous les procurer au format papier ou format électronique dans des shops internet type Amazon ou chez le libraire le plus proche de chez vous qui vend des oeuvres en import.

2 Commentaires

  1. Merci Merry pour cet article, toujours aussi bien écrit.

    De plus tu as su attiré ma curiosité, malgré le fait que je ne sois pas fan de Comics. Je trouve le synopsis très intéressant et les intrigues qui en découlent l’ont l’air tout autant.
    Malgré le fait que tu me dises que ça soit très facile d’accès , j’ai peur d’être rebuté par l’anglais n’ayant pas un très grand niveau.
    D’ailleurs une version francaise est elle dans les petits cartons, ou bien nous n’aurons que nos yeux pour pleurer en tant que francophone ?

  2. Il a l’air bien tentant… Surtout que j’essaie de sortir de ma zone de confort comics (c’est à dire prendre à la FNAC des TPB avec des couv’ jolies des univers Marvel et DC… rien que ça,cela fait beaucoup de choix!).

    Je vais le tenter quand sortira une belle intégrale chez nous! La thématique de la beauté et de l’égotrip instagram-esque est particulièrement d’actualité, j’imagine que ce comics est donc pertinent, et les dessins ont l’air jolis!

    (HS mais si tu vois le comics Symmetry dans les étals, fuies-le comme la peste)

Laisser un commentaire