JOURNAL DE BORD | #3 Une solitude

Journal de bord #3

RETRANSCRIPTION

« Nous sommes le 8 août 2017. Il est 1h10 du matin. Je ré-enregistre ce journal de bord car le premier enregistrement était inutilisable. Ça arrive. Néanmoins je ré-enregistre avec grand plaisir. Je suppose que je devrais commencer par une petite mise à jour de mes exploits corporels et mentaux : tout va bien. J’ai fait une très bonne semaine, suivie d’une semaine un peu moins bonne car j’ai invité Kloë à venir passer quelques jours à la maison et nous n’avons pas forcément fait très attention à ce que nous avons mangé. Je n’ai aucun regret car ces quelques jours ont été très agréables. La semaine précédente, comme je vous le disais, a été une très bonne semaine : ma rigueur de fer m’a fait tenir à la lettre mes plans d’entraînement sportif et alimentaire. J’en suis vraiment contente. En revanche, je me confronte à quelque chose que je déteste dans cette évolution que j’entreprends : la solitude qui l’accompagne.

Laissez-moi m’éclaircir : je ne suis pas seule dans le sens où j’ai la chance d’être entourée. Mais beaucoup de personnes vont remarquer les changements physiques sans faire attention aux changements mentaux qui l’accompagnent. Je me souviens que je vivais encore chez ma mère lorsque j’ai commencé cette transformation. Elle m’a très gentiment proposé de m’aider à mettre le pied à l’étrier car elle-même souhaitait se remettre en forme en mangeant mieux et en faisant plus de sport. Nous avons mangé la même chose et fait les mêmes séances : nous avons vécu ça de manière parallèle mais il ne m’a pas échappé que, malgré cela, je la voyais bien incapable de percevoir tout ce qu’il se passait dans ma tête à cet instant là. Elle était incapable de partager tous les changements d’état, les prises de conscience, les avancées que je vivais. C’est quelque chose qui m’ennuie car cela occupe une très grande place dans ma vie et je me rends bien compte que je suis incapable d’arriver à partager ça de manière un peu plus profonde que des simples « tu as changé, tu es mieux comme ça » — surtout lorsque je préférerais qu’on ajoute que « dans tous les cas tu restes très bien, peu importe ce à quoi tu ressembles » , mais c’est un autre sujet. Je suis incapable de pouvoir partager ça avec des gens et que cela ne se limite pas au simple aspect physique.

Cependant, je me rends bien compte de la chance que j’ai eue dans ma démarche grâce à ma mère qui m’a aidée à démarrer. Elle était la personne la plus proche de moi à ce moment là et elle ne m’a pas ri au nez. Pourtant, elle aurait pu ! J’avais passé toute mon adolescence à essayer et à échouer, à ré-essayer et à échouer de nouveau, et ce en boucle. Elle aurait pu se dire que cette tentative ne serait qu’un échec de plus et s’en moquer. J’entends souvent des gens parler du changement qu’ils ont entrepris : perdre du poids, arrêter de fumer, devenir végétarien ou encore adopter le mode de vie minimaliste et du fait que des personnes de leur entourage, au lieu de les soutenir, ont préféré se moquer d’eux : « tu n’y arriveras jamais » , « tu as déjà essayé et échoué, pourquoi tu t’évertues ? » , « Parfait, on s’en reparle dans 15 jours quand tu auras arrêté » … Des phrases qui seront peut-être sans impact pour la personne qui les dit, mais qui peuvent être extrêmement violentes pour la personne qui les entend alors qu’elle a un profond désir de changer. Cette opposition renforce complètement la solitude qu’on peut ressentir dans les changements qu’on entreprend.

Je crois n’avoir réussi à échanger sur toute la profondeur que ce changement a créé en moi seulement avec des personnes qui avaient vécu une expérience similaire avec la même intensité. Pas forcément sur de la perte de poids, mais du handicap ou le choix d’un autre mode de vie par exemple. Je n’ai réussi à trouver de la justesse dans les échanges qu’avec eux. Je n’arrive pas à en trouver dans mes échanges avec les gens qui m’entourent : ma famille, mes amis. Je trouve cette barrière extrêmement frustrante. Ce voyage fait tellement partie de moi que j’aimerais pouvoir le partager et communiquer son importance à des gens qui ne peuvent l’expérimenter ni a priori ni a posteriori, bref, qui ne peuvent pas l’expérimenter du tout. Malheureusement, je n’ai aucune réponse à « comment puis-je parler de ce sujet là ? Faire comprendre et ressentir les changements et impacts que cela a sur moi au quotidien ? » . Même si ce style de vie a de moins en moins d’impact sur moi au quotidien, il en a eu énormément à une époque où j’étais obsédée par le processus en entier : tout mon esprit était focalisé là dessus. Même si ce n’est plus le cas maintenant, cela garde une grande place pour moi.

Si vous avez une réponse, qu’elle soit positive ou négative, je serais très intéressée par vos retours. J’en profite pour vous remercier de vos retours sur mes deux premiers journaux de bord. Il est important pour moi d’avoir des avis extérieurs car ils me permettent d’étayer mon propre avis en ouvrant d’autres pistes de réflexions ou en me faisant voir un même problème sous d’autres angles. Merci infiniment. Dans mon programme, pour l’instant : tout roule. Pourvu que ça dure !

Je vous souhaite une très bonne journée. Prenez soin de vous. À bientôt. »

8 Commentaires

  1. Excellent journal de bord ! Je ressent également une frustration de sentir seul mentalement quand on entreprend un changement de vie, on peut tenter de l’expliquer à quelqu’un j’ai personnellement tenté d’expliquer à ma mère pourquoi je voulais changer physiquement et pourquoi je voulais devenir Végétarien mais j’ai l’impression qu’un blocage empêche la discussion ou alors on nous sort des phrases bateaux genre « bon courage » ou « oh! je ne sais pas comment tu fais, moi à ta place je ne pourrais pas » mais ces phrases sonnent vides de sens, on a envie d’aller plus profondément dans la discussion mais on y arrive pas.Personnellement c’est ce que je ressens et j’ai cette boule à la gorge qui reste coincée car on se sent seul avec notre changement, voire étranger aux autres et c’est frustrant.Je continue de discuter avec des personnes dans l’espoir de trouver quelqu’un avec qui sa fonctionne…Et malheureusement je n’ai pas de réponse si c’est possible avec quelqu’un qui n’a pas vécu quelque chose de parallèle.Merci pour cet excellent journal qui, au moins, me fait rendre compte que je suis pas seul dans ce cas.Bon courage pour la suite et en espérant réussir ces changements…
    Amicalement, Allan 🙂

  2. Ce journal représente exactement la réflexion que je me suis faite sur l’année écoulée. J’ai moi aussi entrepris plusieurs démarches de vie alternatives, et je constate en effet qu’il est très compliqué de pouvoir le faire comprendre aux gens qui se satisfont de la vie « traditionnelle ». De temps en temps on tombe sur quelqu’un qui provoque un écho sur un pan de vie et ça fait plaisir, mais qu’il est compliqué de trouver des personnes cherchant à s’ouvrir sur de multiples sujets…

    Et c’est là que le monde merveilleux d’Internet est venu me tenir compagnie ! On y trouve tout et n’importe quoi, et notamment des gens d’horizons très variés qui permettent de vrais partages (comme tu peux le faire). Je n’ai pas encore trouvé de solution équivalente dans la vie courante par contre, mais qui sait les moeurs évolueront peut-être…

    Le seul truc qui me chagrine un peu du coup, c’est que j’ai pas mal coupé les contacts avec mes amis car je me sens beaucoup moins d’affinités avec eux qu’avant

  3. Bonsoir Merry, je pense que le changement auquel tu es confronté n’est pas seulement un changement physique mais je dirais un changement global c’est à dire dans la prise de conscience. On a l’impression que tu remets tout ou presque en question, que le physique n’était qu’une 1ère étape sur le chemin du changement global qui s’est opéré en toi et qui s’opère peut être encore et qu’il est toujours plus difficile d’en parler à ses proches car cela peut faire peur. Il faut nécessairement avoir un peu de courage pour regarder avec un regard critique d’où l’on vient et où l’on va. Il faut cert’aime ment avoir du courage car les émotions se mêlent, c’est comme se jeter dans le vide mais seul…Toute la question maintenant est de savoir pourquoi te diriges-tu vers ces changements, dans quels buts, pour quels résultats ? En conclusion je dirais que ce qui t’arrives n’est pas anodin, que c’est simplement l’expression de la conscience qui parle en tor car qu’on le veuille ou non nous sommes des êtes qui pensont…en tout cas je t’ai découvert sur ton stream et je t’encourage à rester comme tu es car tu as l’air d’être quelqu’un de très intéressante et très bien ! Bonne soirée !

  4. Peux-tu modifier mon nom sur mon précédent commentaire ? C’est très official je trouve ! Le remplacer par baanzaii86 si cela t’es possible ? D’avance merci

  5. Les gens qui nous entourent ne comprennent pas ce qui ce passe dans nos tetes, ce que l’on pense, ce que l’on ressent pour les choses accomplies, tu as beau leur expliquer la société d’aujourd’hui ne se soucie que d’elle même et je trouve ça malheureux.. Dans tout les cas, même seul il faut continuer de se battre, ça rendra l’effort et le travail fourni plus agréable et tu ressentiras une meilleure estime de toi du moins c’est ce que je ressens.
    Continue comme ça Merry, même si tu es déjà parfaite comme tu es ! Bonne journée, des bisous.

  6. Ce que tu décris c’est que même avec toute l’empathie dont peuvent faire preuve tes proches, sans une expérience similaire qu’ils auraient pu vivre et bien, leur propos ne résonnent pas comme tu peux le vivre. C’est ballot dirais-je mais la seule manière qu’ils ont de te soutenir, c’est d’être présent physiquement et moralement comme a pu le faire Maman de Merry 🙂

    Après, comme la dit Bhidule ci-dessus, c’est en ça que le monde de l’Internet peut être merveilleux car il te permet de rencontrer virtuellement et voire physiquement (à terme, i.e. : toi et Kloë) des personnes et d’échanger sur vos vécus similaires et pourquoi pas de nouer de nouvelles amitiés (ce qui m’est arrivé à 2-3 reprises via des personnes d’abord rencontrées sur des sites de jeux en ligne).

    Et si une meilleure alimentation et une activité physique régulière te permettent d’être mieux dans ta tête, je ne peux que t’encourager et te soutenir moralement dans ta démarche. Car quelque part te voir heureuse et souriante les soirs quand tu streames (‘fin quand S*R te le permets), et bien perso ça me motive un peu plus à avoir et garder une hygiène physique et mentale plus saine.

    Khal_Butt

  7. Salut Merry!

    Témoignage intéressant. Si je devais donner un avis sur la question que tu émets à la fin, je dirais:

    On est souvent seul dans ces situations, ne serais-ce parce que, lorsque que l’on amorce des changements de vie, on est les seuls à comprendre pleinement notre démarche, et la cohérence avec laquelle on la met en place. Aussi empathiques et impliqués que les proches essaient d’être, ils ne peuvent pas tout saisir. Les questions physiques (perte de poids, acceptation de son corps, etc…) sont plus faciles à saisir pour les gens, mais pour le reste…

    Et je ne pense pas qu’être seul dans ces démarches soit une mauvaise chose, cela permet aussi de mieux se concentrer sur soi, de s’écouter, et de ne pas être distrait du but que l’on souhaite atteindre, par la projection des questions, angoisses et opinions que les autres peuvent émettre (sans être non plus fermé d’esprit, hein? il faut trouver un équilibre).

    On oublie souvent que nous sommes nos propres meilleurs amis, et que parfois la personne qui nous connait et nous comprend le mieux est nous même. Forteresse de solitude, tout ça…

  8. Bonsoir,

    J’ai écouté tous les tableaux de bord à la chaîne. Je ne sais pas si c’est dû à la présence de Kloë ou si c’est ta « transformation » mais je note une différence dans ta façon de parler entre cette troisième partie et les deux autres.

    Quant à ta volonté de partager ton expérience. Je dirai que c’est compliqué.
    Au delà du fait que chaque expérience entraînera un ressenti différent à chaque personne en fonction de son passé, sa relation avec toi, sa personnalité, sa façon de voir les choses… Il y a également le résultat de ta transformation.

    Si toi, tu te transformes, il ne me semble pas absurde de penser que que tes cercles de relation peuvent évoluer, volontairement ou non. Exemple évident ; les railleurs risquent de baisser dans l’estime et une distance peut parfois s’installer (le classique « t’as pas cru en moi, pourquoi je te croirais ? »).

    La barrière familiale est par contre particulière. Impossible pour nos parents de nous voir autrement que leurs enfants. Cela altère profondément leur façon de percevoir nos changements.

    Le partage de ton expérience ne peut pas passer par des mots ou des discours. Pour moi, les meilleurs témoins de la profondeur d’un tel changement seront dans le changement de posture, la spontanéité du sourire, etc… Ca rejoint une sensation que j’ai observé chez certaines personnes qui semblent « attirantes », sans être des canons de beauté.

    C’est difficile à expliquer mais c’est une sorte d’attraction qui va au delà du physique. La personne semble attractive juste par son attitude, son bien-être. Je me suis aperçu de ça en matant les JO, où, je me disais que j’aimerai beaucoup rencontrer certains athlètes juste pour voir cet « épanouissement » en temps réel.

    Je ne sais pas si ça peut se rapprocher de ce que tu ressens mais quand j’ai entendu ta voix sur ce 3ème journal, ça m’a évoqué cette sensation que j’avais devant les sportifs.

    Ceci dit, je pense que pour bien mesurer ton périple, il faudrait mieux te connaître, voire t’avoir connue d’avant ton souhait et la « toi » actuelle pour constater le changement. Peut être Kloê ?

    Donc à défaut de pouvoir ressentir concrètement ta métamorphose, je ne peux qu’admettre l’importance de ton exercice et te soutenir sincèrement. Car il n’est pas de petit objectif, ni de but superficiel, tant qu’il n’est malveillant.

    Et ne permets aucune raillerie car quel que soit ton objectif, cela te rendra plus heureuse et le bonheur, c’est comme le soleil, ça illumine ce qu’il y a autour. Sans compter le courage de l’entreprise et celui de partager ton ressenti.

    Au plaisir d’avoir la suite.

Laisser un commentaire