MANGA | HIDEOUT : Cauchemar cristallisé dans l’encre noire

Notre quête de terreur et d’angoisse se poursuit aujourd’hui avec un nouvel objet visiblement déterminé à nous sortir de notre zone de confort. Si lorsque l’on parle d’horreur on pense bien naturellement aux films ou aux classiques de Stephen King, il ne faut pourtant pas sous-estimer la puissance émotionnelle des œuvres graphiques, elles aussi très douées pour les scénarios tordus et les univers visuels qui font courir à l’intérieur du corps un spasme nauséeux.

71WPAYwsvBL

HIDEOUT est un manga one-shot écrit et dessiné par Masasumi Kakizaki, édité en France  en 2011 aux éditions Ki oon, dans la collection Seinen. Entre Seiichi Kirishima, ex-écrivain à succès, et sa femme, l’amour s’est de toute évidence évaporé sans même laisser de tendresse. En vacances sur une île, tous deux peinent à mener à bien la mission qu’ils se sont fixés : faire un pas l’un vers l’autre pour donner une nouvelle chance à leur histoire. A l’occasion d’un trajet en voiture sous une tempête impressionnante, une dispute éclate ainsi que tout espoir de s’aimer à nouveau. Seiichi acquiert alors une solide certitude : il veut tuer sa femme.

hideout-2932877

Par son scénario, son univers graphique, son ambiance et son format en un tome unique, HIDEOUT a tout du film d’horreur !

Son intrigue se veut psychologique et complexe. La narration alterne entre un présent de plus en plus sombre et des bribes d’images du passé, plus claires, jusqu’au drame qui percute et change à jamais le héros. Le dévoilement progressif des personnalités et intentions des personnages donne lentement sens au cauchemar qui se joue dans leur présent. Ce mauvais songe, c’est lui qui nous entraîne dans un univers morose où le glauque et le gore surprennent et écœurent autant qu’un litre de faux sang. Tout est poisseux, sale, nauséabond et douloureux à voir. Le design de certains personnages, détaillés dans des gros plans dérangeants, et les situations critiques de l’action ont une incroyable faculté à semer le malaise et à serrer la gorge. On étouffe et on souhaite autant que le héros trouver une porte de sortie à ce drame horrible.

Le manga puise sa force dans son dessin très détaillé et dense : le noir et les lignes envahissent les pages de la même manière que les ténèbres submergent l’esprit du héros. On peine à retrouver le blanc de la feuille tout comme le héros peine à retrouver la lumière. L’intrigue est donc extrêmement sombre, non seulement par son scénario, mais aussi, par sa traduction graphique qui fait couler l’encre noir comme coule le sang, rendant l’atmosphère irrespirable.

*

HIDEOUT est un petit bijou d’épouvante. Répugnant et oppressant à souhait, il comblera sans difficulté une envie pressante d’effroi grâce à son univers saisissant et son intrigue lourde où hallucination et réalité se confondent.

 

 

Laisser un commentaire