BILLET | Nintendo sous nos sapins ?

On pensait Nintendo à côté de ses pompes depuis la sortie de la Wii et sa descendante Wii U, mais il se pourrait bien que ce soit notre jugement qui se retrouve à côté de la plaque. Retour sur les faits.

NINTENDO illu1

Il est environ 15h30 ce Vendredi de mi-Décembre 2013 lorsque ce père de famille –que nous appellerons Pascal afin de ne pas dévoiler son identité dont je n’ai par ailleurs aucune foutre idée de laquelle elle est réellement– s’adresse à moi dans l’espoir d’obtenir une quelconque aide dans sa quête de la console parfaite, celle là même qu’il souhaiterait offrir à ses jeunes chérubins pour Noël. Ni une, ni deux –car j’aime les challenges– je me lance dans un questionnaire de routine à base de « ils aiment quel type de jeu ? » et « ils ont déjà une console ? » auquel il se prête volontiers. Pascal ne veut pas forcément se diriger vers de la console de salon nouvelle génération et ça tombe bien car je n’en avais aucune à lui vendre. Je l’emmène donc du côté de la Xbox 360, laquelle était un bon deal par son prix et la subite baisse de prix des jeux.

Et c’est à cet instant précis que le drame a eu lieu. Alors que Pascal semblait emballé par la reluisante boîte en carton plastifié renfermant la sacro-sainte Xbox 360, il se tait un instant, l’air songeur. C’est alors que plongeant son regard interrogateur dans le mien, il me met échec et mat en une seule innocente question.

« Et, vous avez quoi comme Mario dessus ? »

Je crois que mon sourire a quelque peu trahi mon désabus. C’est à ce moment précis que la vendeuse qui sommeille en moi rassemble toute sa pédagogie pour expliquer à tous les parents néophytes en quelques idées simples qu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

Autrement dit, il ne pourra pas acheter à son fiston une console Sony ou Microsoft pour y faire tourner des jeux Nintendo, et il est par ailleurs plus heureux d’offrir une Wii U plutôt qu’une Xbox ou une Playstation à des enfants en dessous de 10 ans. « Mais c’est quoi un jeu à licence ?« . Car oui, si certains éditeurs sortent leurs jeux sur plusieurs plateformes certains autres ont une exclusivité avec un distributeur en particulier. « Un distributeur ? ». Les éditeurs de jeux, en d’autres termes. Après plusieurs minutes d’explication je ferai finalement entendre raison à Pascal qui optera pour un pack Lego City Undercover qui amusera bien plus le petit Théo 7 ans qu’un Halo 4.

Car ce qui fait la faiblesse voire la risée de la Wii U chez les gamers –à savoir licences tout public, mablette avec remote play, wiimote et nunchuk pour se trémousser joyeusement devant son téléviseur, jeux de fitness, de sport et autres party games– semble pourtant séduire une large majorité de consommateurs en période de fêtes.

NINTENDO illu2
C’est moi qui l’ai fait

Souvenez vous il y a trois ans : Nintendo sortait en scred’ la Wii U descendante directe de la Wii et quand on a vu le bouzin on a vite déchanté. Pendant plusieurs années la console s’est vendue à perte : line up de jeux plutôt pauvre, prix de la console trop élevée par rapport à la nouveauté qu’elle offrait. La stratégie de Nintendo est-elle à la ramasse ? Si j’en étais convaincue il y a encore quelques mois, je suis plutôt tentée de penser aujourd’hui que leurs risques étaient calculés.

Pour faire court, le lancement de la Wii U un an avant ses concurrentes de la nouvelle génération lui a permis d’acquérir plusieurs atouts auprès des consommateurs : disponibilité, baisse de prix, étoffement de leur catalogue au fil des années.

Et si la console souffrait d’une étiquette « casual gamers » (« joueurs occasionnels ») après la prolifération de party games familiaux l’éditeur a bien rectifié le tir en proposant depuis deux ans des titres plus hétéroclites. Et la séduction opère : forte d’une rétrocompatibilité avec les jeux Wii (la vraie, hein, pas la supposée de la Xbox One) et de sorties de petites bombes comme Monster Hunter 3 Ultimate et Bayonetta 2 en passant par Yoshi’s wolly world, Xenoblade Chronicles X, Donkey Kong Country : Tropical Freeze, Metroid Prime trilogy ou encore Super Smash Bros. Wii U, Super Mario Maker et le très osé TPS Splatoon, et face à des sorties de jeux redondants sur les consoles concurrentes, la Wii U est lentement mais sûrement en train de faire changer d’avis ceux qui ont grandi avec la très estimée Super Nintendo.

Si elle s’adresse plus particulièrement au jeune public et aux familles -lesquelles viennent justement acheter une console pour l’offrir à leurs enfants à Noël- les joueurs plus chevronnées y voient également maintenant une sérieuse alternative à une offre pauvre en diversité sur les plateformes concurrentes, le tout pour un prix ne dépassant pas la barre des 300€.

La stratégie est finalement payante puisque le dernier bébé de Nintendo rapporte enfin des bénéfices [Next Inpact Nintendo : seulement 470 000 Wii U vendues, mais des bénéfices]. Et si l’on évoque l’hégémonie de la firme nippone sur le marché de la console portable, la 3DS et plus récente consœur 2DS se parent d’une offre très attractive (Monster Hunter 4 Ultimate, Bravely Default, The Legend of Zelda : Majora’s Mask 3D, Pokemon Rubis Omega & Saphir Alpha) malgré une baisse des ventes en début d’année [Gameblog Wii U et 3DS : les derniers chiffres de ventes mondiaux].

NON
Mon schéma pour la sortie de la PS4 et de la Xbox One pour un gain de temps et de salive

Malgré nos conclusions hâtives et n’en déplaise à quiconque aime se gausser des choix de Nintendo, l’éditeur ne s’est jamais aussi bien porté ces dernières années et la firme travaille même sur sa nouvelle console nom de code NX (ça claque, quand même !). La Wii U s’est finalement fait une place de console « à part » grâce à son catalogue. Parce aucun autre distributeur ne s’est tourné vers une console rétrocompatible à un prix abordable dotée d’une large gamme de jeux cette année Noël sera résolument Nintendo.

3 Commentaires

  1. Au moins Nintendo a le mérite de faire quelque chose de différent. Parce que si la Wii U était une console comme ses deux rivaux, il y aurait trop de ressemblances. Mais au début c’était pas donné vu le prix et avoir plusieurs Gamepad revenait cher aussi.

    La Wii U, bien que sortie plus tôt, n’arrivait pas à attirer ou à vendre. C’est ce que je pensais aussi un an après sa sortie.
    Aujourd’hui la stratégie adoptées a plutôt bien fonctionné (avec les jeux cités dans l’article). Toujours un peu « à part » Nintendo, tout en trouvant son public et ses joueurs ^^

    J’aurai des enfants, peut-être que j’aurai pris la Wii U aussi.

    1. Tout à fait d’accord, d’autant plus que la console arrive même à séduire à nouveau les fans déçus de Nintendo et les joueurs plus chevronnés.

  2. Nintendo n’a jamais produit de consoles à part (oh, peut-être la N64 avec son horrible manette <3), mais ce sont ces exclusivités vraiment exclusives (pas comme la XBOX One, hein) qui font que leurs consoles de salon trouvent un certain succès. Il n'empêche qu'on ne peut pas constamment surfer sur la vague de la nostalgie, et ils l'ont compris en migrant sur un marché en plein essor qu'ils n'avaient encore jamais exploité (le mobile).

    Ils ont perdu beaucoup de crédibilité après l'abandon (très prématuré) de leur Wii U et leur passage sur mobile. J'attends avec curiosité leur prochaine console de salon, qui, je l'espère, méritera que les gens passent encore une fois à la caisse.

    Pour ce qui est des ventes de la Wii U, il est normal qu'elle se vende, on peut en trouver à 150-200€ sur LeBonCoin (voire même en magasin pendant les soldes). Ça reste une console avec quelques bons jeux après tout, puis officieusement, le fait qu'il est possible de la cracker rend la console encore plus attractive (c'est un élément sérieux à prendre en compte).

    À titre personnel, l'achat d'une Wii U me paraît dispensable. Mais elle trouvera probablement sa place sur mes étagères avant la XBOX One.

Laisser un commentaire