AVIS | REIGNS : le roi, c’est vous !

Si vous n’êtes pas le genre à feuilleter le dernier Prix Goncourt dans le métro qui vous conduit au boulot, si le dernier né de la lignée Candy Crush a achevé de forger votre mépris pour les jeux mobiles et si vous détestez faire des choix : cette petite pépite indé va vous ravir !

REIGNS est un jeu développé par Nerial et édité par Devolver Digital sorti ce 11 Août 2016 sur PC et appareils mobiles. Ne vous fiez pas à son apparence simpliste : derrière sa sobriété et ses graphismes minimalistes se dévoile un excellent titre de simulation et de gestion/stratégie au gameplay redoutablement simple et à l’humour délicieusement piquant à télécharger de toute urgence.

VOTRE MAJESTÉ

Vous voici fraîchement assis sur le trône, prêt à diriger d’une main de fer dans un gant de velours tout le petit monde qu’accueille votre royaume. Mais le banquet d’intronisation à peine terminé, voilà qu’un esprit vient jouer les troubles-fête en vous expliquant que votre âme est damnée. Mieux encore : c’est toute votre lignée qui s’en trouve affectée. Pas de panique, vous avez quelques paires d’années pour inverser la vapeur, et vous avez plutôt intérêt à vous y employer.

Mais garder ce problème à l’esprit ne doit pas vous détourner de votre but premier : régner. Et cela s’appliquera à quatre composantes différentes : l’Eglise, le peuple, la garnison et vos finances. Le but est de garder vos quatre jauges les plus remplies possibles et de manière équilibrée, sans en remplir ni vider une complètement. Auquel cas, cela signera la fin de votre règne et la montée sur le trône de votre descendant. Dit comme ça, ça paraît simple, mais sachez que chacune de vos actions affectera une ou plusieurs composantes en bien ou en mal — et il vous faudra découvrir ce paramètre à mesure que vous vous familiariserez avec des cartes.

Les cartes, justement, voilà la base de ce gameplay simple mais très bien pensé. Chacune d’elle contient un texte qui fera avancer l’histoire ou requerra une décision de votre part que vous prendrez en balayant la carte vers la gauche ou vers la droite. Si le mouvement est clairement pensé pour le mobile, il reste néanmoins le même dans sa version PC.

L’APP DONT VOUS ÊTES LE HÉROS

Ces cartes nous amènent au premier point fort du jeu : c’est VOTRE histoire. Vous vous retrouverez à balancer vos cartes vers la droite et vers la gauche, choisissant d’entrer dans un donjon dans l’espoir d’en ressortir vivant, lançant votre armée dans des croisades, acceptant un mariage avec la princesse d’un royaume lointain ou vous réjouissant des bonnes récoltes en décidant de garder tous les bénéfices pour vous. On viendra vous attaquer, on tentera de vous mettre des couteaux dans le dos et vous ferez des rencontres improbables : à vous d’arriver à régner le plus longtemps possible.

Et ce n’est même pas redondant ! Des actions particulières feront entrer de nouvelles cartes dans le deck grâce à la complétion de quêtes et certaines actions affecteront votre dynastie à long terme si bien que d’un descendant à l’autre, aucune partie ne se ressemblera vraiment. Plus vous jouerez et plus vous débloquerez des cartes pour étoffer votre champ des possibles dans la partie suivante. Des challenges à réussir viendront pimenter les parties des plus jusqu’au-bout-istes d’entre vous.

En plus de jouir d’une grande rejouabilité, les cartes narrent également les scénarios avec un humour frais et piquant à la croisée du comique de langage, de caractère et de situation. Ainsi vos répliques seront tantôt désabusées, tantôt franches, tantôt surprenantes. Vous esquisserez un sourire lorsque votre bourreau viendra se plaindre de sa condition ou que le frère d’un monastère vous signalera que certains de ses confrères se sont transformés en loups-garous. Le phrasé est spontané et très franco-français, sûrement dû à un développement pensé a priori dans la langue de Molière puisque le développeur est francophone. Cela confère à la narration un caractère très spontané et une authenticité appréciable.

N’IMPORTE OÙ, N’IMPORTE QUAND

L’autre force de REIGNS réside évidemment dans sa portabilité. Vous pourrez y jouer partout, tout le temps, pour peu que vous ayez en votre possession un appareil mobile avec assez de batterie et du temps à tuer. Le gameplay réduit à la plus simple action et le déroulement du scénario suivant les cartes permet de lancer le jeu pour balancer quelques cartes ici et là et de reprendre l’histoire plus tard là où vous vous en êtes arrêté. Et ça, ça vaut bien n’importe quel Marc Levy !

Cependant, qu’on se le dise, ce n’est peut-être pas l’attitude que vous adopterez dans un premier temps si comme moi vous accrochez au concept : vous serez plutôt tenté de vous enfoncer dans votre sofa pour tâter le jeu jusqu’à ce que la batterie de votre téléphone voie rouge.

REIGNS reste le genre de jeu addictif par lequel vous jurerez un temps avant de passer à autre chose, souvent pour mieux y revenir par la suite. Et ce ne sera pas forcément par faute de contenu ou de redondance, mais c’est peut-être là l’un des maux propres à notre mode de consommation actuel, notamment à l’égard du jeu mobile dont les premiers « vrais » chefs de files, qui commencent à peine à émerger, pourraient peut-être faire changer la donne à moyen terme.

reigns_super_mega_gif5_timing

EN CLAIR

Les graphismes sont simples et très flat mais donnent vie aux personnages et aux situations. L’OST sympathique renforce le côté immersif mais sur appareil mobile vous préférerez peut-être jouer sans le son. Alors ce sont bien le gameplay et l’histoire qui font tout le sel de ce petit jeu de simulation et gestion/stratégie : on savoure l’histoire en même temps qu’on la crée et le titre a pour véritable force de ne pas tomber dans cette redondance néfaste au jeu de cartes. Les discours sont authentiques et les situations font sourire.

Nerial nous montre que le caractère mobile d’un jeu n’est pas une tare à attribuer d’emblée à un genre hyper casu et se range du côté de cette nouvelle génération de jeux portables travaillés pour arriver à proposer une véritable expérience sur petit écran. On le déguste et on en redemande !

REIGNS est disponible sur Steam et l’App Store à 2,99€, et sur Google Play à 3,29€. Le trône n’attend que vous, alors foncez !

CE QUE J’AI APPRÉCIÉ

CE QUE J’AI REGRETTÉ 

  • Les scénarios infinis
  • La simplicité du gameplay
  • La durée de vie
  • L’humour omniprésent
  • La portabilité
  • Quelques bugs sur ma version iOS

Laisser un commentaire